Institut d’anthropologie clinique

Formation : Laïcité : favoriser l’émancipation individuelle et faire vivre le collectif

LAÏCITÉ

Formation

Laïcité : favoriser l’émancipation individuelle et faire vivre le collectif

Pratiques et postures professionnelles

Lola Devolder
Liens : articles de Lola Devolder sur la laïcité, autres ressources documentaires, billets dans le blog

3 jours en novembre 2019.
Téléchargez la plaquette.
Inscrivez-vous.

La laïcité a été au cœur du débat public ces dernières années, notamment dans le champ de l’action sociale. Nul·le n’a pu échapper aux injonctions à se former, à produire du projet pour favoriser la laïcité, à organiser des débats sur la laïcité, parfois même à signaler des comportements jugés anti-laïques… jusqu’à la lassitude voire le rejet.

Si de nombreux·ses professionnel·le·s ont acquis de solides points de repères historiques et légaux ces dernières années, ils·elles témoignent encore aujourd’hui des difficultés à sortir des logiques militantes, face aux situations de terrain : certain·e·s craignent une menace de la laïcité par davantage de visibilité des appartenances religieuses, là où d’autres dénoncent la laïcité comme un instrument de discrimination à l’égard des personnes manifestants leurs convictions. Entre tout autoriser ou tout interdire, la laïcité est toujours à sauver ou à combattre ; elle reste un enjeu idéologique important pour les équipes de l’intervention sociale, souvent au détriment des postures professionnelles, des missions confiées et de l’accompagnement des bénéficiaires.

Cette formation propose de sortir de ces prises de positions politiques pour penser la laïcité dans ses dimensions plus opérationnelles et pragmatiques :

  • de cadre légal et de valeurs dans lequel s’inscrit le travail social dont la finalité est de permettre à chacun·e d’advenir en tant que sujet reconnu par la société dans laquelle il prend place comme une personne égale en droit et dignité à toutes les autres ;
  • de levier de l’émancipation individuelle, par le soutien à l’auto-détermination, y compris religieuse, par l’accès à l’autonomie et à la citoyenneté ;
  • d’outil d’organisation du commun, au service du collectif, du lien social, de la solidarité et de la cohésion sociale.

Il s’agira de réhabiliter le cadre laïque comme projet commun du corps social, assurant la liberté de conscience de chacun·e et garantissant la non-discrimination de tous et toutes dans un esprit de concorde ; et non pas de réduire la laïcité à une réponse de conviction aux manifestations religieuses.

Cette formation mettra à la réflexion ces articulations complexes entre libertés individuelles et vie collective, pour permettre aux professionnel·le·s de penser des postures et améliorer les pratiques face aux questionnements de leur quotidien de travail : Comment continuer à organiser des repas collectifs quand on ne mange pas la même chose ? Comment considérer les pratiques religieuses quand elles organisent la vie quotidienne des résident·e·s ? Comment intervenir quand une jeune fille que l’on doit protéger se met à pratiquer radicalement une religion ? Comment accompagner vers l’emploi des personnes qui refusent de travailler en milieu mixte ? Comment concilier le respect de la liberté de religion des professionnel·le·s et l’impartialité ou la neutralité de la posture d’accompagnement ou d’accueil ? Etc.

Ces journées seront résolument tournées vers l’analyse réflexive de cas pratiques apportés par les stagiaires ou la formatrice. Car, si le droit borne l’action, il ne fait pas pour autant solution miracle. Les réponses sont alors à chercher dans une réflexion méthodique précise des situations, en tenant ensemble les missions confiées, les enjeux individuels et les enjeux collectifs, dans une éthique de l’accompagnement.

 

OBJECTIFS

  • Connaitre et maitriser les cadres légaux et réglementaires pour les salarié·e·s et les bénéficiaires, en service public ou en structure privée.
  • Revisiter les concepts et valeurs qui fondent le vivre-ensemble laïque, ses articulations avec l’intervention et les politiques sociales, ses enjeux actuels.
  • Mettre en œuvre le principe de laïcité comme cadre de l’intervention sociale et s’approprier des repères pour construire une éthique laïque, tant pour les usagers que pour les professionnel·le·s.
  • Permettre aux professionnel·le·s de déployer une méthode d’analyse pour appréhender les manifestations religieuses — plus ou moins radicales — dans leur contexte institutionnel ; assurer les conditions d’une médiation, respectueuses des convictions de chacun·e ; fabriquer des réponses adaptées aux situations rencontrées dans leurs pratiques.

THÉMATIQUES

  • Repères philosophiques, juridiques et anthropologiques sur la laïcité en France.
  • Libertés et interdits dans le cadre de la laïcité.
  • Le recours au religieux des bénéficiaires en contexte post-contemporain.
  • La laïcité comme cadre et outil de l’intervention sociale.
  • Neutralité, impartialité et posture professionnelle.
  • Vie quotidienne et laïcité : nourriture confessionnelle, signes religieux, pratiques et rites religieux, fêtes religieuses, non-mixités, etc.
  • La liberté de conscience et l’autorité parentale pour les mineur·e·s.
  • Faire face aux attitudes prosélytes (politiques ou religieuses).
  • L’éthique relationnelle comme posture non discriminante.
  • Modalités d’application : position institutionnelle, outils institutionnels, positionnement d’acteurs.

MÉTHODES PÉDAGOGIQUES

  • Documentation textes et vidéos.
  • Exposés théoriques et présentations PowerPoint.
  • Quiz.
  • Échanges à partir de l’expérience et du questionnement des stagiaires.
  • Simulation de situations professionnelles.
  • Études de cas et analyse de la pratique.

ÉVALUATION

  • Recueil personnalisé des attentes et difficultés initiales.
  • Synthèses intermédiaires.
  • Bilan collectif oral de fin de formation.
  • Fiche individuelle d’évaluation à chaud anonymement complétée par chaque stagiaire en fin de formation.
  • Fiche individuelle d’évaluation à distance (6 mois).

VALIDATION

  • Attestation personnalisée de fin de formation remise à chaque stagiaire.

INTERVENANTE

Lola Devolder est linguiste. Elle construit et anime des stages de formation dans le champ social, médico-social et sanitaire. Elle accompagne les équipes dans leur réflexion sur les écrits professionnels, la transmission d’informations, ainsi que les questions éthiques — notamment la laïcité en institution —.

Elle assure des cours de méthodologie de la recherche au sein du diplôme d’état en ingénierie sociale (DEIS) et du diplôme universitaire de thérapies familiales (DUTF) à l’Université Toulouse — Jean Jaurès.

Formée à la sémiotique, elle participe aux recherches et études conduites à l’Institut d’anthropologie clinique, portant sur le sens des pratiques sociales.

Elle est co-auteure de Mes parents se font la guerre et En finir avec les parents toxiques : Parentalités empêchées, Carré de vignes éditions.

 

Durée : 3 jours (21 heures)

Dates : 27, 28 et 29 novembre 2019

Lieu : Institut d’anthropologie clinique
  29, chemin des Côtes de Pech David
  31400 Toulouse
Public :
 
 
groupe pluridisciplinaire de 10 à 15 stagiaires ; tou·te·s professionnel·le·s, tous secteurs : handicap, protection de l’enfance, médiation, insertion, lutte contre les exclusions, animation sociale et socio-culturelle, etc.

Prérequis : aucun

Coût : prise en charge professionnelle : 600 €
  professionnels à titre particulier : 450 €
  étudiants et demandeurs d’emploi : 300 €
  (3 jours, plateau-repas compris)

Publiez votre commentaire

Commentaires

Personne n’a encore commenté cette page.

Flux RSS pour les commentaires de cette page | Flux RSS pour tous les commentaires